samedi 29 avril

Partager

EMALY

Pop Tropicale

21:00

Concert
10€ / 6€

EMALY est un duo de Pop Tropical qui réunit une voix suave avec des « beats » actuelles.
La paire compose, mixe et masterise l’intégralité des morceaux. Leurs amours pour les musiques traditionnelles et leur attirance pour la production contemporaine les amènent à créer leur empreinte.
Sur scène, iels font le choix d’interpréter les parties percussions, basse et voix. Le but étant d’enrichir le live d’une touche plus organique et vivante. C’est par la danse et la mélodie qu’iels nous invitent à lâcher prise !

 


BISTROT | 18h > 20h30 | Entrée libre

Du jeudi au samedi, retrouvez chaque soir à partir de 19h, notre cuisine toute maison, faite d’amour et de produits locaux. Au menu : des petits et des grands plats, végés et carnés, entre 6 et 12€, avec toujours une touche sucrée, à 4€.

Formule entrée/plat/dessert à 20€.
Pas de réservation pour la partie restauration, commande à passer sur place.
Option végétarienne possible.

 

Photo © Martin Lecomte

BOUM LOVE BOAT

Des pépites et des hits

23:00

Dancefloor
2€

Les Love Boat du samedi soir sont une institution à la péniche ! Chaque fin de semaine, venez danser sur les sélections de nos djs.

En mode boum, qui n’est pas ici synonyme de mauvais goût, venez prendre une dose d’amour et de rythmes, de beats et de paillettes. Afro, funk, disco, reggae, rock, électro, pop, hip hop, toutes les oreilles, même les plus exigeantes devraient pouvoir y trouver leur compte.

Ce soir, c’est Régis de St Amour qui vous ambiance. Régis de St Amour a commencé à se rêver disc-jockey en pleine Giscardie, soit le jour d’avant avant-hier.
Dans sa chambre de collégien, équipé d’une platine achetée grâce à une réclame découpée dans Télé Z, et d’un casque en mousse glané à la fête foraine en essayant de choper une mini mygale géante en polyester, il s’imaginait faire danser des parterres exclusivement féminins à couettes sur des parkings de supermarchés qu’il aspergeait d’Alexandrie Alexandra, toulouloulou. Une autre époque, assurément.
Aujourd’hui, les couettes sont le plus souvent en polyester et les sirènes du port (du Canal) ne chantent plus la même mélodie, oh wow. St Amour chahute les dancefloors à coup de disco libanais, de coquineries italiennes, de funk nigérian et de Joe Dassin. Toudoudoudounananana.

 

Photo © Christian Pinson / Sipa